Les fruits, toute une histoire !

Lorsque les premiers chasseurs et cueilleurs ont commencé à remarquer qu’ils pouvaient planter des graines, manipuler la croissance et gérer la fertilité des plantes, une grande transformation a commencé à s’opérer. Et au fil des ans, cette transformation s’est poursuivie. Les humains ont non seulement réussi à faire pousser des plantes, mais ont également créé leurs propres variétés spécialisées avec leurs goûts spécifiques, ou conçues pour pousser dans certaines régions. Le développement des fruits et légumes est peut-être l’un des développements humains les plus importants de l’histoire. Embarquez à bord de la machine et remontons le temps !

Rien n’est meilleur que l’agriculture, rien n’est plus beau, rien n’est plus digne d’un homme libre. Elle suffit amplement aux besoins de notre vie.

Damase Potvin.

Le développement de l’agriculture

La plante fruitière a une utilité à la fois productive et ornementale. Et ça, les populations anciennes l’avaient déjà remarqué. L’histoire de la culture des plantes fruitières est très intense et il est intéressant d’en découvrir les différentes étapes jusqu’à nos jours.
Pour autant, les rangées soignées de plantes fruitières sont tout de même un type de culture assez récent. Autrefois, il n’y avait pas de distinction claire. Fruits, légumes et plantes ornementales étaient cultivés sans distinction dans un jardin, souvent entouré de murs. Considéré comme un lieu presque paradisiaque, les Perses l’appelaient « pairidaeza« .

Preuves préhistoriques

Des preuves archéologiques indiquent que les êtres humains ont commencé à cultiver leur propre nourriture probablement entre 8000 et 9000 avant J-C. Une grande partie de ces preuves a été trouvée dans le Croissant fertile, une région qui s’étend près d’Israël et remonte les rives orientales de la mer Méditerranée à travers la Turquie, jusqu’en Irak près des fleuves Tigre et Euphrate. C’était l’une des régions les plus fertiles de la Mésopotamie à cette époque. Et l’on pense que l’agriculture y a commencé. Les légumes, plus spécifiquement les plantes annuelles, y compris les pois et les céréales, ont probablement été les premières cultures vivrières à être domestiquées.

 

Premières civilisations

Les premières certitudes de la culture des plantes fruitières ont été identifiées à Babylone, dont les jardins suspendus furent considérés comme l’une des Sept Merveilles du monde antique. Construits en 590 avant JC par le roi Nabuchodonosor, ces jardins bénéficiaient d’un système d’irrigation avant-gardiste pour l’époque, qui faisait partie des nombreuses innovations apportées dans le secteur par les Babyloniens et les Assyriens.

Un système d’échange de biens et de services est également mis en place. Fruits et légumes seront utilisés à cette fin. Vers 5000 avant J-C, Feng Li, diplomate chinois, fut l’un des premiers à créer une entreprise commerciale avec des fruits et légumes. Il passa ainsi sa vie à cultiver une variété de fruits, y compris des pommes et des poires.

 

Le Moyen-Orient et l’Egypte

Bien que le processus de culture ait fini par inclure des plantes vivaces telles que des arbres fruitiers et des arbres à noix, l’agriculture primitive reste encore à la merci des éléments. Ceux qui cultivaient des fruits et des légumes n’avaient aucun moyen de faire face à la sécheresse par exemple, et ce jusqu’à environ 4000 avant J-C. Alors les agriculteurs près de l’Euphrate commencèrent à construire des barrages et des canaux pour amener l’eau dans les champs desséchés.

A lire aussi :  Les secrets d'une marmelade réussie

Le système des jardins irrigués fut alors importé par la société égyptienne, qui avait commencé à construire de beaux jardins, comme celui de Meten, dès 2700 av J-C. Les Égyptiens pratiquent également et enterraient même des fruits et des légumes, en particulier des figues, dans des tombes pour que les morts puissent en profiter dans l’au-delà.
Les Arabes construisirent également de magnifiques jardins, en particulier pour des agrumes tels que l’orange amère, le cèdre et le citron. Ces lieux étaient souvent utilisés comme espace de repos et de détente par les riches et les puissants. Ce modèle se diffusa en Méditerranée, notamment en Sicile, où il reste encore un bel exemple de jardin arabe à Agrigente, le Jardin de Kolymbethra.

Même les anciens Grecs étaient experts dans la construction de jardins clos, pour les figues et les oliviers mais aussi les fruits secs.

 

Période romaine

L’ère de l’Empire romain a vu les progrès les plus significatifs dans le développement des fruits et légumes. Dans l’Antiquité romaine, le jardin s’appelait « hortus ». Selon la tradition ancienne, il contenait également des fruits et des plantes aromatiques. Les jardins de détente agrémentés de fontaines et de sculptures sont à distinguer de ce modèle.

Les serres y furent inventées et utilisées par l’empereur romain Tibère environ 30 ans après la naissance du Christ. Les écrivains de l’époque décrivent les cultures roulées sur de grands lits au soleil ou dans les serres, selon le temps. Au lieu de verre, ces serres sont fabriquées à l’aide de feuilles de mica translucides. On suppose généralement que Tibère utilisait la serre pour de nombreux fruits et légumes différents, en particulier les concombres. Cependant, certains historiens pensent que les serres étaient davantage utilisées pour les melons.

 

Le Moyen-Âge

Après la chute de l’Empire romain, le système seigneurial prospère au Moyen Âge. Des jardins contenant une variété de fruits et de légumes, notamment des arbres fruitiers et des fraises, sont entretenus à proximité de vastes domaines. Certains sont même fermés pour aider à lutter contre les ravageurs et à protéger les plantes des anomalies climatiques. En ce temps, les légumes étaient largement cultivés car toutes les classes sociales s’en nourrissaient. Les fruits, en revanche, étaient inaccessibles, considérés comme élitistes, en raison de l’encombrement et de la délicatesse des plantes.

La rotation des cultures se met également en place à cette période. Les musulmans introduisent de nombreuses nouvelles variétés en Europe à cette époque, notamment les agrumes, les amandes et les figues.

 

La Renaissance

Les voyages de Marco Polo en Asie à la fin du XIe siècle et au début du XIIe contribuent pour beaucoup au réveil de l’Europe. Marco Polo rentre chez lui non seulement avec des épices et de l’or, mais aussi avec une variété d’informations liées aux progrès de l’horticulture en Chine, y compris sur les vastes vergers du pays. Pour autant, tout n’est pas positif pour les fruits et légumes au cours de cette période. Hugo Van Der Goes, en 1740, peint « La chute de l’homme« , qui représente la pomme comme fruit défendu dans le jardin d’Eden. Cela conduit à une attitude méfiante envers les pommes.

A lire aussi :  Les fruits exotiques : Des saveurs du bout du monde !

La découverte du « Nouveau Monde » entraîne également la découverte de nouveaux fruits et légumes qui seront rapidement acheminés en Europe. A la Renaissance le fruit devient un aliment répandu parmi la noblesse. On pense notamment aux fameux « Triomphes » composés de pyramides de fruits servis lors de banquets. Ils constituent aujourd’hui encore des aliments de base de l’alimentation occidentale.

 

Les temps modernes

Depuis les premières expériences contrôlées d’hybridation de pommes menées par l’Anglais Thomas Andrew Knight en 1790, l’histoire moderne des fruits et légumes a été celle d’une manipulation continue. Désormais, les pastèques existent sans pépins. Le raisin peut survivre dans des climats extrêmement froids, les bananes peuvent rester fraîches lorsqu’elles sont expédiées sur de longues distances. La grande variété de fruits et légumes dans la plupart des rayons des supermarchés témoignent de ce que les humains peuvent accomplir.

Et puis, les réalisations techniques et technologiques ont contribué au développement de nouveaux équipements et de méthodes de culture avancées capables de garantir une grande quantité et qualité des arbres fruitiers. Nous continuons, aujourd’hui encore, à nous améliorer encore plus et à rendre les productions de masse plus efficaces.

 

Quelques variétés

La pomme

La pomme est cultivée depuis des milliers d’années. Elle était bien connue de la Chine ancienne et de l’Égypte mais aussi des Grecs et des Romains.

L’abricot

Les abricots sont originaires de Chine. Dans les temps anciens, ils se sont répandus à travers la Perse jusqu’à la région méditerranéenne et aux Romains. Plus tard, leur culture se répandit aux peuples Arabes.

La banane

Les bananes sont originaires d’Asie du Sud-Est mais ont longtemps été cultivées en Inde. Alexandre le Grand, en y goûtant durant l’un de ses voyages, décide de les rapporter en Occident. En 200 après JC, les bananes sont également cultivées en Chine puis transportées à Madagascar par les Arabes avant de se propager vers l’Afrique continentale. Au 16ème siècle, ce sont les Portugais qui apportent des bananes au Nouveau Monde.

La mûre

Elle pousse en Europe, en Asie et en Amérique du Nord et du Sud. Elle a été utilisée comme médicament depuis l’antiquité.

La myrtille

Les myrtilles sont originaires d’Amérique du Nord. Consommées par les Amérindiens (parfois avec de la viande), elles étaient également utilisées comme médicament.

La cerise

Les cerises sont originaires d’Asie. Consommés par les Chinois, les Grecs et les Romains., elles ne deviendront populaires en Europe du Nord qu’à la fin du Moyen Âge. Au 17ème siècle, les colons en apportent en Amérique du Nord.

La figue

Les figues sont cultivées au Moyen-Orient depuis la préhistoire. Elles ont été mentionnées à Sumer (Irak) dès 2 500 av J-C. Elles constituaient un aliment de base en Égypte et ont ensuite été cultivées par les Grecs et les Romains. Les figues ont probablement été introduites en Chine au 8ème siècle après J-C, puis apportées par les Espagnols aux Amériques au 16ème siècle.

Le pamplemousse

On ne sait pas exactement d’où vient le pamplemousse. On pense qu’il s’agit d’un hybride de deux autres fruits. Quoi qu’il en soit, le pamplemousse a été signalé pour la première fois aux Antilles au milieu du XVIIIe siècle.

A lire aussi :  Quels fruits pour faire le plein d'énergie ?

Le raisin

Le raisin est originaire d’Asie et a été cultivé vers 4 000 av J-C. Il était, bien sûr, utilisé pour faire du vin, mais était également consommé comme dessert. Il était populaire auprès des Grecs et des Romains.

Le kiwi

Les kiwis sont originaires d’Asie du Sud-Est. Bien que cultivés en Chine pendant des siècles, ils n’ont été cultivés commercialement en Occident qu’au XXe siècle.

Le citron

Les citrons sont originaires d’Asie du Sud. Ils ont ensuite atteint le Moyen-Orient et furent connus des Romains bien qu’ils aient été rares dans l’Empire. Plus tard, ce sont les Arabes qui ont introduit les citrons en Espagne et en Sicile. Au 15ème siècle, ils sont devenus populaires dans le nord de l’Europe.

L’orange

Les oranges sont originaires de Chine et ont été cultivées dès 2 500 av J-C. Les Romains ont importé des oranges mais après la chute de Rome, elles ont été oubliées en Europe occidentale. Lorsque les Arabes ont conquis l’Espagne au VIIIe siècle, ils ont introduit les oranges. Plus tard, le fruit fut introduit en Italie et au 16ème siècle, les Espagnols apportèrent des oranges aux Amériques.

La pêche

Les pêches sont venues de Chine où elles étaient cultivées vers 800 av J-C. Plus tard, les Perses les ont cultivés et les Romains les ont découvertes. Les pêches ont été apportées aux Amériques au 16ème siècle. En Angleterre, bien que cultivées dès le 17ème siècle, elles restèrent rares et chères jusqu’au 20ème siècle.

La poire

Les poires sont originaires d’Europe et d’Asie du Nord. Les poires étaient cultivées par les Grecs et par les Romains. Puis en Angleterre au Moyen Âge, avec l’apparition de nombreuses nouvelles variétés aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. En plus d’être consommées, les poires étaient utilisées pour faire du poiré.

L’ananas

Les ananas poussaient à l’origine en Amérique du Sud et dans les Caraïbes. Christophe Colomb les a découverts en 1493. Cependant, aux XVIe et XVIIe siècles, les ananas étaient très chers en Europe car ils devaient être importés. Au début du 18e siècle, les ananas étaient cultivés dans des serres en Europe du Nord, mais ils étaient encore très coûteux. Et puis au 19ème siècle, les ananas sont devenus plus accessibles. Ils ont été mis en conserve pour la première fois à la fin du siècle.

La fraise

Les fraises poussaient à l’état sauvage en Europe et dans l’est de l’Amérique du Nord. Elles ont été cultivées par les Romains et étaient un fruit populaire en Europe au Moyen Âge. Au 19ème siècle, les fraises sont devenues largement cultivées aux États-Unis.

  • Cinq fruits et légumes-Livre gant
  • Une pomme pour deux
  • Tout ce que vous auriez voulu savoir sur la France et que l'on vous a toujours caché
  • Nouvelle instruction pour les confitures, les liqueurs, les fruits (Éd.1715)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *